La capacité d'autofinancement, plus couramment appelée "CAF", correspond à la capacité ou le potentiel d'une entreprise à dégager des ressources grâce à son activité sur une période donnée (en général sur un exercice comptable).

Cette ressource sera utile pour celle-ci puisque elle lui permettra de financer son développement, ses nouveaux investissements, le remboursement de ses emprunts mais également la rémunération de votre travail.

La CAF est donc le flux potentiel de trésorerie que dégage l'entreprise grâce à son activité. Elle ne tient pas compte des décalages produits entre les encaissements et les décaissements, ce qui explique pourquoi on ajoute le mot potentiel à flux. En soi, elle n'est pas un flux de trésorerie mais la capacité de l'entreprise à dégager ce flux.

Comment calculer votre capacité d'autofinancement ?

En partant de vos documents comptables, notamment du compte de résultat ou plus précisément des soldes intermédiaires de gestion, faites l'opération suivante :

Résultat net de l'exercice
+ Dotations aux amortissements
- Quote part des subventions d'investissements virées au résultat
+ Produit de cession des éléments d'actifs cédés
- Valeur nette comptable des éléments d'actifs cédés
+ Charges calculées
- Produits calculés

= Votre capacité d'autofinancement pour l'exercice

A partir du chiffre obtenu, vous pouvez le comparer à vos dettes financières en faisant la division suivante : Total des dettes financières/CAF.

Le ratio calculé donne la capacité qu'a votre entreprise à rembourser ses emprunts auprès des banques. Un ratio de 4 indiquerait qu'il vous faudrait 4 ans pour vous libérer de vos dettes en ayant ce niveau de capacité de financement.

C'est donc un ratio important pour votre banquier lorsqu'il analyse vos résultats.

Pour plus d'explications sur l'analyse de votre capacité d'autofinancement, n'hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller au CEGAR.